Spirit-FE.com

La Formule E en France, avec un tour d'avance !

Senna souhaite avoir une TESLA.

Bruno Senna aimerait pouvoir conduire une TESLA mais avoue que dans le sud de la France (son lieu d’habitation) les Super Chargeur se font rare et rendent donc encore compliqué la possibilité de se déplacer en véhicule électrique.

Le pilote de FE souhaite de l’électrique en France !

La compétition de la FIA, la Formule E, série de course 100% électrique, a pour but de développer et promouvoir l’électro mobilité et la vente de véhicule électrique avec des pilotes comme Bruno Senna. Depuis quelques mois, en tout cas en France, la vente des véhicules électriques a considérablement augmenté mais la plus part des gens utilisent ce type de voiture pour se déplacer en ville à cause du manque de borne de recharge à travers le pays.

Tesla, constructeur et pionnier des véhicules électriques modernes, équipe progressivement les pays de Super Chargeur. Des stations de recharge rapide qui permet à l’utilisateur de recharger son véhicule en un laps de temps très rapide. Malheureusement, le nombre de ses bornes est encore très pauvre en France et les longues distances sont donc compliquées à effectuer pour les voitures électriques.

Bruno Senna explique au site e-Formel.de que le manque de Super Chargeur en France ne lui permet pas encore d’acquérir une TESLA et qu’il était en plein doute concernant l’avenir de ces chargeurs.

« Je roule en Formule E mais je n’ai pas de voiture électrique. Mon plan était d’acheter une Tesla. Mais je vis dans le sud de la France, il manque encore des stations et des infrastructures nécessaire pour recharger le véhicule sur des longues distances. A Monaco, c’est facile de charger sa voiture. Mais si vous allez, par exemple, à Milan ou à Marseille, il n’y a qu’une seule station de Super chargeur en direction de la ville phocéenne. Ces destinations sont difficilement réalisables encore aujourd’hui. Une fois que ces problèmes seront réglés, je suis certain que je piloterai un véhicule électrique tous les jours. ».

D’autres pilotes comme Robin Frijns, qui pilote chez Andretti en Formule E a lui déclaré qu’il ne voulait pas quitter son moteur thermique.

« Je ne veux pas rouler en voiture électrique, je n’y trouve aucun intérêt. Je suis plutôt oldschool. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.