Spirit-FE.com

La Formule E en France, avec un tour d'avance !

Roborace, le futur de la voiture sera autonome.

Faire passer la pilule, voilà le défi de la Roborace qui devrait faire accepter aux gens que la future mobilité sera électrique et autonome.

Mieux vaut s’y préparer maintenant.

Il faudra s’y faire. La mobilité de demain sera sûrement autonome et électrique. C’est pour cette raison que Denis Sverdlov a créé et lancé la Roborace. Objectif : lancer, développer et préparer les gens à la transition autonome de la mobilité du futur. La voiture autonome est imminente, elle n’aura pas de conducteur et ce sera difficile de donner la confiance aux gens dans ce genre de projet.

Le PDG de la Roborace, Denis Sverdlov a lui le sourire et la confiance en vue de cela. La série mettra en piste 20 voitures électriques, sans pilote et donc automne lors des ePrix de Formule E. La réalité autonome est-elle alors déjà parmi nous ? Oui, c’est un fait, la création du Championnat Roborace n’est pas juste là pour séduire les fans du Sport Automobile, cette compétition est là pour permettre aux Constructeurs de développer et de préparer leurs futures voitures autonomes. Mais, faudra t-il convaincre les gens et les consommateurs ? Sverdlov s’exprime sur le site Motorsport.com.
« Je ne crois pas qu’il s’agisse de les convaincre, non. Je crois qu’il s’agit de montrer ça. Il faut montrer de vraies voitures qui font la course. Beaucoup de fans traditionnels disent que ce n’est pas de la vraie course car il n‘y a pas d’humains, d’erreurs, de risques physiques. Mais en réalité, c’est faux. Car le développeur de logiciels, lui, peut faire des erreurs. Beaucoup d’éléments de la stratégie, de la gestion des collisions et de tellement d’autres éléments d’intelligence sont créés par l’humain. D’accord, on peut dire que ça n’est pas humain car un automate roule, mais c’est l’humain qui apprend au robot à être un bon pilote, et je vois beaucoup d’humain dans tout cela. »

Un gros changement dans l’industrie Automobile.

Le PDG continue alors de s’exprimer en déclarant et en répondant à Lucas Di Grassi qui s’était exprimé chez Autosport, que, certes, pour un pilote de course il est important de pouvoir piloter une voiture pour l’histoire mais que l’histoire c’est aussi la technologie.

 » Je pense que l’on va voir un changement global dans l’industrie des sports mécaniques. Pour un pilote, il est important d’avoir une voiture similaire pour obtenir de la compétition. De façon à montrer son talent, ses compétences, en dehors de l’argent qu’a son team. C’est une partie de l’histoire. Mais une autre partie de l’histoire, c’est la technologie. Du fait que le futur de l’automobile est connecté, électrique et autonome, il faut de ça aussi ! Et c’est ici que cette technologie est testée et développée. ».

L’objectif principal de la Roborace est aussi de sensibiliser les gens au fait d’avoir confiance en ces futures voitures autonomes.

« Si vous allez dans la rue et demandez à des gens s’ils entreraient dans une voiture sans conducteur, conduite par des robots, ils diraient non ! Ça va se produire. Il n’y a pas de retour en arrière ! ».

Très bien et concernant l’évolution de la série ?

Petit à petit, la Roborace se construit et construit donc son véhicule, enfin son drôle de véhicule ! Il faut que la Robocar sois rapide, performante, fiable et aussi autonome !

« Je dirais que le plus grand pas est de produire l’auto en elle-même, avec tout ce package de technologies très avancées dans un organe si compact. Elle a l’air grande comme ça, mais l’espace utilisable est vraiment faible. Je pense que maintenant, il s’agit de voir comment ça va se développer. Au début, on faisait les premiers pas comme des bébés, et maintenant on développe et l’on voit arriver plus de technologies. Je ne crois pas que ce soit un si grand défi, maintenant. Ce n’est plus le début du voyage. ».

Pour le patron de la Roborace, aucun doute, d’ici peu de temps, les voitures autonomes seront sur nos routes et seront de plus en plus nombreuses!

« Je crois fermement qu’en 2020, on verra beaucoup, beaucoup de voitures autonomes sans aucune intervention du conducteur sur les routes. En termes de technologie, c’est absolument possible ». Il faudra du temps pour adapter les lois à cela, mais c’est le futur. « C’est le futur, mais regardez cette auto : c’est le futur, et elle est là. Ça se passe maintenant. ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.